Blog

Quand on n’habite pas en plein centre-ville, un peu excentré, il est vrai que l’on peut avoir tendance à prendre la voiture. Et c’est normal, me direz-vous. Il peut être compliqué de devoir faire plus de 1 h de marche, pour pouvoir aller d’un point A à un point B. Cependant, il existe des manières de moins polluer et permet donc de prendre soin de l’environnement. Nous allons donc voir, comment faire, pour réussir à moins polluer. 

Prendre un vélo ou une trottinette.

C’est d’autant plus tendance, me direz-vous ! Il est vrai qu’il y a quelques années de cela, les prix étaient assez exorbitants, pour les vélos et les trottinettes électriques. Mais ce n’est plus le cas maintenant. Vous pouvez d’ailleurs aller consulter un comparatif Trottinette electrique afin de vous donner une idée. Je trouve que c’est plutôt sympathique, de pouvoir rouler en trottinette ou en vélo. En plus d’avoir une conscience écologique, vous montrer que vous avez envie de vous entretenir. Cela permet donc de pouvoir profiter pleinement du paysage ainsi que de pouvoir se sentir plus libre. Effectivement, quand on est dans les bouchons le matin, en voiture, ce n’est pas drôle. 

Et bien sûr, si vous le souhaitez, pourquoi pas prendre sans électricité, afin de réellement prendre soin de vous, pour aller au travail ou pour aller en centre-ville rejoindre des amis. 

Prendre les transports en commun.

Il est vrai que les transports en commun, pour la plupart, polluent tout de même. Cependant, si nous limitons beaucoup de voitures, et que nous prenons les transports, il y aura tout de même moins de pollution. Moins de voitures sur la route, donc plus écologiques. 

Dans certaines villes, les transports en commun sont aussi électriques, comme les trams, par exemple. Je trouve que pour pouvoir faire quelques distances, si vous avez la chance d’en avoir un prêt de chez vous, c’est très pratique et permet donc de ne pas utiliser la voiture en centre-ville. 

Dans tous les cas, dans de plus en plus de villes, nous pouvons voir une réduction de la circulation automobile. Nous préférons voir des vélos ainsi que des transports en commun. De nombreuses pistes cyclables sont créées, pour le bien être de la ville. Cela permet donc d’avoir moins de gaz d’échappement et donc, un meilleur air lorsque nous marchons en ville. Alors, si vous souhaitez faire attention à l’environnement, n’hésitez plus, bouger sainement, et bouger écologiquement ! 

Il est connu que les aliments  tels que les fruits et légumes sont dans la plupart des cas consommés  cru. Cela afin de préserver les nutriments essentiels contenus dans la nourriture et de manger bio comme il le faut. Malheureusement, certaines personnes ont une difficulté à digérer ces aliments  (même si, dans la plupart des cas, ce sont les fruits qui servent à aider la digestion des aliments).

 

 

 Ne consommez pas les fruits crus en fin de repas

Il existe deux types de personnes, celle qui ne tolère pas du tout les fruits (un problème d’intolérance en sucre) et celle qui ne les tolère qu’à un moment donné. Pour la première catégorie d’individu, la personne devra se passer des nourritures crus ou tout au plus chercher d’autres alternatives pour faciliter la digestion (manger les fruits cuits au feu). Si, au contraire, vous avez tendance à avoir des problèmes digestifs après avoir consommés les nourritures après votre repas, sachez que ces types d’aliments ne se consomment pas à ce stade de la nutrition. Les fruits crus en fin de repas vont avoir tendance à stagner au dessus de l’estomac, et à provoquer des flatulences et des maux de ventres. 

Trempez les légumes dans l’eau pendant une nuit avant de les préparer

Parfois, vous ressentez que certains aliments sont responsables de ballonnements excessifs même si vous avez fait de votre mieux pour nettoyer et cuisiner les légumineuses? Ce type d’inconfort arrive surtout lorsqu’on consomme des haricots blancs, du chou ou de l’oignon. Sachez que tremper les légumineuses dans de l’eau va vous aider à lutter contre ces inconforts intestinales. Votre sensibilité envers les aliments crus diminueront ainsi et vous permettra de manger bio sans intolérance. Pensez également à renforcer votre flore intestinale à l’aide de levures de bactéries, de fibres ou de super aliments.

Il est connu que les aliments  tels que les fruits et légumes sont dans la plupart des cas consommés  cru. Cela afin de préserver les nutriments essentiels contenus dans la nourriture et de manger bio comme il le faut. Malheureusement, certaines personnes ont une difficulté à digérer ces aliments  (même si, dans la plupart des cas, ce sont les fruits qui servent à aider la digestion des aliments).

 

 

 Ne consommez pas les fruits crus en fin de repas

Il existe deux types de personnes, celle qui ne tolère pas du tout les fruits (un problème d’intolérance en sucre) et celle qui ne les tolère qu’à un moment donné. Pour la première catégorie d’individu, la personne devra se passer des nourritures crus ou tout au plus chercher d’autres alternatives pour faciliter la digestion (manger les fruits cuits au feu). Si, au contraire, vous avez tendance à avoir des problèmes digestifs après avoir consommés les nourritures après votre repas, sachez que ces types d’aliments ne se consomment pas à ce stade de la nutrition. Les fruits crus en fin de repas vont avoir tendance à stagner au dessus de l’estomac, et à provoquer des flatulences et des maux de ventres. 

Trempez les légumes dans l’eau pendant une nuit avant de les préparer

Parfois, vous ressentez que certains aliments sont responsables de ballonnements excessifs même si vous avez fait de votre mieux pour nettoyer et cuisiner les légumineuses? Ce type d’inconfort arrive surtout lorsqu’on consomme des haricots blancs, du chou ou de l’oignon. Sachez que tremper les légumineuses dans de l’eau va vous aider à lutter contre ces inconforts intestinales. Votre sensibilité envers les aliments crus diminueront ainsi et vous permettra de manger bio sans intolérance. Pensez également à renforcer votre flore intestinale à l’aide de levures de bactéries, de fibres ou de super aliments.

Le panda n’est ni un ours ni un grizzly, mais c’est totalement une espèce différente. Le panda est en fait un nounours, oui, c’est totalement enfantin, mais voilà, un géant animal qui se nourrisse des bambous. C’est une espèce qui a été ravagée par les braconniers et c’est pour cela qu’il est protégé, mais les bambous sont rares en ce moment, c’est pour cela qu’ils sont en danger.

Les pandas dans son environnement

Au début, les pandas vivaient tranquilles dans les montagnes de Sichuan au Tibet, en Chine. C’est un endroit parfait pour repousser les bambous. Les hommes ont utilisé les bambous pour en fabriquer des meubles, mais ils sont également chassés les pandas, et là maintenant, c’est une espèce en voie de disparition. Aujourd’hui, les pandas vivent dans un espace protégé, dans un pacs où on a construit un environnement stable pour eux pour mieux les surveiller, à son évolution, sa progéniture.

Les pandas en générale

Il y a deux types de pandas, le panda roux qui est assez petit comme le renard, et le panda géant comme la couleur de votre nounours à la maison, noir et blanc. Le panda est un animal qui vit longtemps tout de même, à croire sa taille et sa manière de vivre, un panda peut vivre une quarantaine d’années. Les pandas sont des animaux inoffensifs, enfin, il est toujours classé dans la catégorie des animaux sauvages, mais en fait, il est très affectueux.

Les actions dans la protection des pandas

Il est clair que nos efforts ne suffisent pas pour que les pandas puissent vivre dans un endroit paisible. La lutte contre l’exploitation des bambous est encore un combat très difficile à atteindre. Il nous faut plus de sensibilisation et une stratégie méthodique pour sauver les pandas.

La valeur d’un panda équivaut à celle de l’air que nous respirons, un bien public qui demande une protection, donc nous devons faire attention à notre geste de destruction de la forêt.

L’eau constitue une ressource indispensable dans la production d’énergie. Elle est utilisée tout au long du processus d’exploitation.  Aussi, il est important de mieux gérer cette ressource naturelle afin d’éviter les pénuries d’eau.

L’utilité de l’eau dans la production d’énergie

L’eau est largement utilisée dans les différentes étapes de production d’énergie. En effet, elle est très utile pour générer de l’électricité vie les centrales hydroélectriques. Mais encore, le nettoyage ou le refroidissement des machines de productions d’énergies fossiles demande une certaine quantité d’eau. Enfin, l’eau est également une ressource capitale pour l’irrigation des cultures pour les exploitations à fin de production de biocarburants.

Bref, les différents systèmes de production d’énergie dépendent, partiellement ou totalement, de l’eau. Or, cette ressource tend à se raréfier dans certains endroits de la planète à cause du dérèglement du climat.

Les impacts de la production des énergies sur l’eau

Si l’eau tient un rôle capital dans la réussite des différents types de productions énergétiques, il faut savoir que cette ressource peut être menacée par l’existence de ces exploitations. Par exemple, la mise en place des barrages hydroélectriques n’est pas sans conséquence sur la disponibilité de l’eau. En effet, leur présence entraîne une modification de l’image hydrographique de la région et engendre une pénurie d’eau dans les zones situées en aval du site. Ensuite, leur installation nécessite parfois des déboisements, ce qui est néfaste pour le cycle de l’eau.

Dans le cas de la production des biocarburants, il faut irriguer un très vaste champ de cultures. Cela demande une grande consommation d’eau quotidiennement. Ce qui entraîne parfois une pénurie d’eau dans les régions avoisinants les champs d’exploitation.

Bref, il faut savoir qu’il existe une interdépendance entre l’eau et les différentes formes d’énergie. Aussi, il importe de gérer d’une façon rationnelle les ressources en eau afin de profiter d’une énergie verte et durable.

 

Afin de limiter l’impact de la production de l’électricité sur l’environnement, la tendance est maintenant pour l’électricité verte. Si de plus en plus de consommateurs se tournent vers cette alternative, c’est qu’elle comporte plusieurs avantages. L’article suivant détaille les multiples atouts d’une électricité verte.

L’électricité verte : c’est quoi ?

Une électricité est dite « verte » dans le cas où sa production et son utilisation impacte faiblement sur l’environnement. Aussi, l’électricité verte est produite à partir de ressources renouvelables et inépuisables. Cela permet de limiter l’exploitation des ressources fossiles qui pollue grandement l’environnement et  dont les stocks sont limités et . L’électricité verte est alors produite à partir de l’énergie solaire, de l’énergie éolienne ou de l’hydraulique. Mais, il existe également d’autres sources méconnues permettant d’obtenir de l’électricité verte. Il s’agit de la biomasse. Cette ressource provient des déchets d’origine animale ou végétale.

Une offre d’électricité verte peut être garantie par le fournisseur grâce aux Garanties d’Origine. Ces dernières permettent de valider la traçabilité administrative de l’électricité verte fournie aux consommateurs.

Les avantages de l’électricité verte

Le recours à l’électricité verte est une excellente solution pour limiter les impacts néfastes de la production d’électricité sur l’environnement. En effet, les centrales de production à partir des ressources nucléaires ou à partir de charbon émettent une grande quantité de rejets gazeux ou particulaires toxiques pour l’environnement.

La souscription à une offre d’électricité verte permet alors de réduire son empreinte écologique. Et même si les tarifs sont un peu plus élevés par rapport aux autres offres classiques, l’utilisation de l’électricité verte témoigne déjà de l’ambition à entamer la transition énergétique. En effet, à travers sa souscription, le consommateur d’électricité verte favorise la production d’énergie renouvelable et respectueuse de l’environnement. De ce fait, il participe également à la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de l’environnement.

 

 

 

6/6